Passer au contenu

/ Département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques

Rechercher

Experts en : Intermédialité

Bégin, Richard

BÉGIN, Richard

Professeur agrégé

Mes intérêts de recherche tournent depuis plusieurs années autour des problématiques soulevées d’abord par les figures de la démesure, du chaos et de la décadence associées aux cinémas baroque et de science-fiction, puis, plus largement, par les représentations cinématographiques du désastre, de la violence et de la catastrophe. Plus récemment, mes recherches se sont étendues aux images traumatiques captées par les téléphones portables et à la circulation de celles-ci dans l’Internet. Ces images devenues véritables « choses publiques » et présentant crument la violence de catastrophes naturelles, d’actes terroristes ou de manifestations sanglantes, permettent non seulement d’entrevoir l’établissement d’une nouvelle esthétique du désastre, elles inaugurent une transformation en profondeur de la question du spectaculaire et de l’identité même de la forme cinématographique à l'ère de la mobilité numérique.

Dans mes recherches, j'accorde une importance particulière à la question des techniques et des technologies, ainsi qu’à leurs conséquences esthétiques, sociales et culturelles. De sorte que mes travaux ont pour méthode épistémologique principale la recherche en archéologie des médias et en philosophie de la technique. Mes plus récentes publications proposent l’analyse de la « mobilographie » (l’enregistrement de la mobilité) permise par les différents appareils portables, lesquels rendent possible la production d’images et de sons ayant pour référence privilégiée le corps du sujet filmant. En ce sens, la question de ce que j'appelle la « corporéité instrumentée » s’avère centrale à mes recherches et me permet de penser sur nouveaux frais la théorie des attractions en regard de la perception corporelle et de la production d’images et de sons somatiques.

Lire plus…

Profil complet

Froger, Marion

FROGER, Marion

Professeure agrégée

Le cinéma m’intéresse en tant qu’il éveille et stimule l’expérience sociale, sur un plan imaginaire aussi bien que réel, auprès des acteurs du milieu comme des spectateurs. En étudiant des moments historiques spécifiques, j’examine comment l’épreuve du rapport à l’autre se joue et rejoue dans les processus de création et de réception des films, depuis les relations de tournage aux investissements affectifs du spectateur.

À travers différents corpus et situations sociopolitiques, mon objectif est d’interroger le désir de communauté lui-même et de comprendre son rôle dans la production et la réception des films. Qui dit désir dit aussi et surtout « épreuve » et « imaginaire » communautaires dans une dynamique sociale particulière [Cf. Le cinéma à l’épreuve de la communauté. Le cinéma francophone de l’Office national du film 1960-1985. Montréal, PUM, 2010, Prix du Canada en sciences sociales 2011].

D’un point de vue méthodologique, l’épreuve de sociabilité est la base socio-anthropologique des mes recherches. J’entends par elle l’expérience sociale vécue par les acteurs du champ cinématographique (filmeurs/filmés/spectateurs), avec ses cadres, ses rites, ses incertitudes et ses contradictions. Dans mes études de réception, je porte une attention particulière aux émotions sociales parce que ce sont elles qui font le lien entre l’expérience réelle et l’expérience filmique et qu’elles renvoient à l’épreuve – et à ses déterminants socioculturels - du rapport à l’autre. Dans mes analyses de film, je m’intéresse à la manière dont sont construites différentes postures de spectateurs, relatives à son inclusion, son exclusion, son intrusion, soit à sa tierce-position, vis-à-vis des groupes qui font les films ou qui y sont représentés et fictionnalisés [Cf. L’expérience imaginaire de sociabilité au cinéma : analyse de la tierce position du spectateur dans le cinéma français des années 1955-1965, FQRSC].

Lire plus…

Profil complet

Gaudreault, André

GAUDREAULT, André

Professeur titulaire

Reconnu pour sa spécialisation dans les champs du cinéma des premiers temps, de la narratologie et du montage, André Gaudreault mène présentement des recherches portant sur l’historiographie et les innovations technologiques.

Lire plus…

Profil complet

LAMOUREUX, Johanne

Professeure titulaire

Mes recherches en muséologie portent sur la rhétorique de l’exposition et la réinvention évènementielle des collections muséales.  Mes travaux sur l’art moderne  réfléchissent, dans une perspective intermédiale, sur le rôle emblématique de la viande et  sur le dispositif de l’abattoir dans la production culturelle depuis  le milieu du XIXe siècle.  Les retombées de ces travaux  infléchissent mon approche des théories et des méthodes de l’histoire de l’art et nourrissent l’impact que peut avoir sur une discipline  qui se veut «humaniste» l’émergence, motivée par des questions éthiques,  d’un humanisme décentré (post-humanist studies).

Lire plus…

Profil complet

Mariniello, Silvestra

MARINIELLO, Silvestra

Professeure honoraire

Mes dernières recherches portent sur l’exemplarité du cinéma. J’étudie la figure de l’exemple dans son évolution, de l’antiquité à nos jours et je me concentre sur l’essor qu’elle connaît  au cinéma. J’essaye de retracer les éléments constitutifs de la figure dans le récit cinématographique, ce dernier étant souvent un récit exemplaire ou un agglomérat de récits exemplaires. Mon approche est à la fois rhétorique et philosophique, je suis particulièrement intéressée par la philosophie de l’action et par sa médiatisation.  La figure exemplaire telle que médiatisée par les techniques audiovisuelles occupe une partie centrale dans mes recherches qui sont concernées par des questions éthiques et épistémologiques.

Lire plus…

Profil complet

Ribouillault, Denis

RIBOUILLAULT, Denis

Professeur agrégé

Mes recherches passées et actuelles s’articulent principalement autour de deux notions centrales : les pouvoirs de l’espace et la mise en espace du pouvoir. Elles s’inscrivent dans une chronologie comprise entre le XVe et le XVIIe siècle et dans l’analyse de trois corpus généralement séparés: 

  1. les représentations du paysage (le paysage dans la peinture, la gravure et le dessin), 
  2. le paysage et les jardins (architecture du paysage, histoire de l’architecture, histoire de la villa, histoire des jardins), 
  3. la cartographie et la topographie (vues de villes, vues de jardins, plans, cartes géographiques, chorographie). 

La plupart de ces travaux portent sur Rome et l’Italie et dans une moindre mesure sur l’Europe, avec une attention particulière pour les rapports entre les Flandres et l’Italie. 
L’ensemble des problématiques soulevées par l’étude de ces corpus se recoupent selon mon approche. Les questions qui m’intéressent - une approche méthodologique double des représentations paysagères, à la fois socio-économique (pouvoirs de l’espace) et phénoménologique (mise en espace du pouvoir) - se caractérisent par un glissement sensible depuis une histoire de l’art traditionnelle vers une épistémologie et une histoire de la représentation et des savoirs de l’espace. Mes préoccupations rejoignent ainsi de bien des manières celles des géographes, des architectes du paysage et des artistes contemporains. 

La spécificité de ces travaux réside dans l'étude des interactions entre différents médias d'expression : peinture, architecture, jardins, architecture du paysage, littérature, traités d'agriculture et de botanique, etc. Le paysage, selon cette approche, ne se réduit plus à la seule notion de «genre artistique» mais répond à celle, plus abstraite mais infiniment plus riche, du paysage en tant que « médium », « figure paysagère » à la morphologie changeante apte à cristalliser et à communiquer un réseau complexe de valeurs et d'idées. Ces recherches s'inscrivent au sein d'un courant historiographique qui privilégie l'interdisciplinarité et l'histoire sociale de l'art en considérant le «paysage» comme «fabrique culturelle».

Lire plus…

Profil complet

Therrien, Carl

THERRIEN, Carl

Professeur agrégé

Je travaille sur la problématique de l'immersion dans les univers de fiction depuis quelques années. Je préconise une approche intermédiale et multidisciplinaire : j'étudie le phénomène dans le cadre des dispositifs textuels, audiovisuels et interactifs, en adoptant des outils d'analyse qui proviennent autant de la sémiologie, du cognitivisme ou de la psychologie des émotions. À partir d'un stage postdoctoral effectué dans les bibliothèques de l'Université Stanford, je m'intéresse également à l'historiographie du jeu vidéo. Le développement technologique, industriel et culturel du jeu vidéo s'effectue à un rythme effarant; cette réalité pose de nombreuses embûches méthodologiques aux jeunes historiens du jeu. Une partie de mes travaux de recherche actuels s'attache donc à recenser ces problèmes et à proposer des pistes de solutions.

Lire plus…

Profil complet