Passer au contenu

/ Département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques

Rechercher

Experts en : Documentaire

Bégin, Richard

BÉGIN, Richard

Professeur agrégé

Mes intérêts de recherche tournent depuis plusieurs années autour des problématiques soulevées d’abord par les figures de la démesure, du chaos et de la décadence associées aux cinémas baroque et de science-fiction, puis, plus largement, par les représentations cinématographiques du désastre, de la violence et de la catastrophe. Plus récemment, mes recherches se sont étendues aux images traumatiques captées par les téléphones portables et à la circulation de celles-ci dans l’Internet. Ces images devenues véritables « choses publiques » et présentant crument la violence de catastrophes naturelles, d’actes terroristes ou de manifestations sanglantes, permettent non seulement d’entrevoir l’établissement d’une nouvelle esthétique du désastre, elles inaugurent une transformation en profondeur de la question du spectaculaire et de l’identité même de la forme cinématographique à l'ère de la mobilité numérique.

Dans mes recherches, j'accorde une importance particulière à la question des techniques et des technologies, ainsi qu’à leurs conséquences esthétiques, sociales et culturelles. De sorte que mes travaux ont pour méthode épistémologique principale la recherche en archéologie des médias et en philosophie de la technique. Mes plus récentes publications proposent l’analyse de la « mobilographie » (l’enregistrement de la mobilité) permise par les différents appareils portables, lesquels rendent possible la production d’images et de sons ayant pour référence privilégiée le corps du sujet filmant. En ce sens, la question de ce que j'appelle la « corporéité instrumentée » s’avère centrale à mes recherches et me permet de penser sur nouveaux frais la théorie des attractions en regard de la perception corporelle et de la production d’images et de sons somatiques.

Lire plus…

Profil complet

Froger, Marion

FROGER, Marion

Professeure agrégée

Le cinéma m’intéresse en tant qu’il éveille et stimule l’expérience sociale, sur un plan imaginaire aussi bien que réel, auprès des acteurs du milieu comme des spectateurs. En étudiant des moments historiques spécifiques, j’examine comment l’épreuve du rapport à l’autre se joue et rejoue dans les processus de création et de réception des films, depuis les relations de tournage aux investissements affectifs du spectateur.

À travers différents corpus et situations sociopolitiques, mon objectif est d’interroger le désir de communauté lui-même et de comprendre son rôle dans la production et la réception des films. Qui dit désir dit aussi et surtout « épreuve » et « imaginaire » communautaires dans une dynamique sociale particulière [Cf. Le cinéma à l’épreuve de la communauté. Le cinéma francophone de l’Office national du film 1960-1985. Montréal, PUM, 2010, Prix du Canada en sciences sociales 2011].

D’un point de vue méthodologique, l’épreuve de sociabilité est la base socio-anthropologique des mes recherches. J’entends par elle l’expérience sociale vécue par les acteurs du champ cinématographique (filmeurs/filmés/spectateurs), avec ses cadres, ses rites, ses incertitudes et ses contradictions. Dans mes études de réception, je porte une attention particulière aux émotions sociales parce que ce sont elles qui font le lien entre l’expérience réelle et l’expérience filmique et qu’elles renvoient à l’épreuve – et à ses déterminants socioculturels - du rapport à l’autre. Dans mes analyses de film, je m’intéresse à la manière dont sont construites différentes postures de spectateurs, relatives à son inclusion, son exclusion, son intrusion, soit à sa tierce-position, vis-à-vis des groupes qui font les films ou qui y sont représentés et fictionnalisés [Cf. L’expérience imaginaire de sociabilité au cinéma : analyse de la tierce position du spectateur dans le cinéma français des années 1955-1965, FQRSC].

Lire plus…

Profil complet

Garneau, Michèle

GARNEAU, Michèle

Professeure agrégée

Mes recherches portent sur les relations entre histoire et esthétique, et plus particulièrement depuis quelques années, sur les fonctions mémorielles du cinéma. Le film comme « lieu de mémoire », les possibilités de remémoration historique par la médiation audiovisuelle sont au centre de mes travaux. Mon projet de recherche actuel, "L’exemplarité documentaire : modalités et enjeux de patrimonialisation à l’Office national du film du Canada", interroge les notions d’héritage et de transmission audiovisuelles dans le contexte de l’économie numérique.

Mon enseignement porte sur le cinéma dans les études postcoloniales (cours "Cinéma des différences"), la puissance mythologisante de sa technique (cours "Mythologies du cinéma"), ainsi que ses relations avec les autres médias (séminaire "Cinéma, littérature et médias").

Lire plus…

Profil complet

Raynauld, Isabelle

RAYNAULD, Isabelle

Professeure titulaire

Scénariste, réalisatrice et professeur en cinéma, je m’intéresse, d’un point de vue théorique et pratique à l’écriture et à la lecture de scénarios de films ainsi qu’à la réalisation (voir Lire et écrire un scénario.  Le scénario de film comme texte, Éditions  Armand Colin, collection Cinéma/Arts visuels, Paris 2012).  

Mes intérêts de recherche portent  sur l’histoire, la théorie et la pratique de l’écriture scénaristique sous toutes ses formes et ce, des débuts du cinéma (scénarios dits muets, voir publications) aux nouvelles technologies (séminaires en recherche-création sur l’écriture de l’image, du son et de la mise en scène, les technologies émergentes, les différentes manières de scénariser). J’écris des scénarios  et réalise des films (de fiction et des documentaires)  dont Le cerveau Mystique récipiendaire du Prix Gémeaux du Meilleur documentaire catégorie scientifique (2009) ; Histoires de zizis (2006) et Un Homme à l’Isle de Sark (2004).

Mon premier film Le Minot d’or,  sur la vie quotidienne de cinq déficients intellectuels a récolté le Prix Jutra du Meilleur documentaire en 2002 ainsi que deux Prix Gémeaux pour le montage image et la musique. J’ai écrit un suspense en anglais avec l’auteur et producteur britannique David Pearson (Arturi Films UK) et je travaille actuellement à la réalisation d’un documentaire sur le cerveau et la musique (récipiendaire d’une subvention individuelle de recherche-création du Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada 2011-2014).

Lire plus…

Profil complet