Passer au contenu

/ Département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques

Je donne

Rechercher

Marie-Odile Demay-Degoustine

Vcard

Doctorante

Faculté des arts et des sciences - Département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques

marie-odile.demay-degoustine@umontreal.ca

Baccalauréat en histoire de l'art, avec mineure en psychologie
1996 , Université McGill (Canada)

Maitrise en gestion de projet
2006 , École des sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal (Canada)

Biographie

Marie-Odile Demay est candidate au doctorat en histoire de l’art à l’Université de Montréal depuis septembre 2018 sous la direction d’Emmanuel Château-Dutier, spécialiste de l’histoire de l’art numérique. Ses recherches doctorales ont pour principal objectif de comprendre comment la télévision s’est emparée de la question de l’histoire de l’art à travers l’analyse de séries plébiscitées par son auditoire de masse.

Peu après l’obtention de son diplôme de maitrise en gestion de projet de l’Université du Québec à Montréal (2005), Marie-Odile Demay dirige la division de distribution internationale de l’Équipe Spectra (2005-2008). Elle fonde en 2008 MODemay Entertainment qui se spécialise dans la production et la distribution internationale d’émissions et de films télévisuels de qualité sur l’art. Elle représente auprès de télédiffuseurs du monde entier un imposant catalogue de productions, dont celui du Festival International de Jazz de Montréal et de Rhombus Media. Elle agit aussi comme producteur exécutif en veillant au montage financier d’une douzaine de projets avec des télévisions nationales et à l’international, dont Dreaming of a Jewish Christmas (2018), sélectionné au International Emmy Awards et gagnant au Canadian Screen Awards. Elle produit et co-réalise en 2017 le documentaire La Mission de Kent Nagano pour ARTE, Radio-Canada et CBC. En 2017 et 2018, elle est responsable de la programmation de conférences en effets visuels et animation de EFFECTS MTL et conçoit aussi des installations multimédias pour des musées (Musée national des beaux-arts de Québec et le Musée des hospitalières de St-Joseph). Elle siège sur des comités de sélection de films sur l’art (FIFA), des conseils d’administration dédiés à la diffusion des arts de la scène (IMZ, Vienne) et des jurys (Master of Art Festival, Sofia, Bulgarie) dédiés à la diffusion de l’art et de la culture à travers le monde.

En 2001, Marie-Odile Demay co-fonde Trigone Animation, organisme spécialisé dans la création et la mise en œuvre de campagnes de marketing social, dont la campagne de sensibilisation provinciale Solidaires face à l’itinérance (2003) mettant en vedette Marc Favreau et son personnage, Sol. Avant-gardiste et primée, la campagne, qui est financée à hauteur de 2M$ par les trois paliers de gouvernement et le secteur privé et supportée par les groupes communautaires, rejoint plus de 1,5 million de téléspectateurs en 8 semaines.

Dans un esprit de continuité avec son baccalauréat en histoire de l’art obtenu en 1996 à l’Université McGill et avec son parcours professionnel, Marie-Odile entame en 2018 un doctorat en histoire de l’art retraçant l’histoire de la représentation de l’art à la télévision des premiers temps dans les pays industrialisés. Elle est l’instigatrice, la programmatrice et l’animatrice du ciné-club de l’OCQ des films sur l’art depuis 2019. Pour le compte de la Faculté des Arts et des Sciences, elle conçoit et réalise les capsules promotionnelles du secteur d’histoire de l’art. En collaboration avec le professeur André Gaudreault, elle a rédigé et édité le parcours encyclopédique TECHNÈS, « La retransmission d’opéras en salle de cinéma » portant au phénomène de l’opéra capté et retransmis en direct dans les salles de cinéma en s’attardant en particulier au Met Live in HD.  À titre de chargée de cours, elle donne le cours de premier cycle au cinéma, « Le hors film : la télévision projetée ». Elle partage ses recherches à divers événements et colloques internationaux, notamment le Colloque doctoral « Le cinéma contre la Technique? », à l’Université de Lausanne en mai 2022 et le Colloque International de la SAEC consacré au scénariste, penseur et peintre anglais John Berger à l’Université de Lorraine à Metz.

À l’automne 2022, Marie-Odile est reçue en stage de recherche à l’Institut national d’histoire de l’art, en France, sous la supervision de France Nerlich, directrice du Département des études et de la recherche de l’INHA. Elle envisage le dépôt de sa thèse, « Histoire des discours d’histoire de l’art de la série télévisuelle sur l’art » en 2023.

Lire plus…

Expertises

Mes recherches ont pour objectif d’analyser et de comprendre comment le média de la télévision s’est emparé de la question de l’histoire de l’art à travers l’analyse de séries plébiscitées par leur auditoire de masse. Envisagées dans une perspective historique, certaines séries jalons dans l’histoire de la télévision et de l’art ont participé à la construction et la diffusion à échelle nationale et puis internationale de discours, souvent formels et parfois critiques, d’histoire de l’art. Je porte donc un regard historique sur la production télévisuelle sur l’art de pays développés de l’Amérique du Nord et de l’Europe occidentale, notamment aux États-Unis, en France et en Grande-Bretagne, au moment de l’émergence et de l’institutionnalisation du média de la télévision, soit entre les années 1945 et 1970, pour ensuite en voir les résonances dans des séries subséquentes et contemporaines.

Dans un autre ordre d’idée, mon parcours professionnel m’a amenée à travailler avec des producteurs et réalisateurs de retransmissions de spectacles des arts de la scène en salles de cinéma, notamment au Metropolitan Opera, à la chaîne ARTE et la BBC. J’ai donc développé une expertise académique sur le sujet du hors-film et de la télévision projetée, plus précisément à propos de la confrontation historique entre le cinéma et la télévision des premiers temps, et des enjeux technique, créatif et théorique du phénomène numérique qui a pris naissance avec les premières captations et retransmissions du Met Live in HD en 2006.

Il faut donc souligner l’apport particulier de mon expérience professionnelle dans la production et la distribution internationale de programmes d’art dans mes recherches académiques. Entre 2005 et 2018, j’ai vécu le passage de l’analogique au numérique; l’arrivée du hors-film; l’essor fulgurant du web et les profonds bouleversements que cela a engendré dans toute une l’industrie; la dématérialisation de la musique puis des contenus audio-visuels; le passage du VHS au DVD au VSD. Si mes recherches actuelles se concentrent sur la série télévisuelle sur l’art et le hors-film, ces expériences augmentent mon profil académique d’une vision pratique de la représentation historique et contemporaine de l’art dans les médias.

Informations supplémentaires

Consultez cette fiche sur :