François Lachance-Provençal

Doctorat en histoire de l'art

« [...] je travaille depuis 2009, sous la direction de Nicole Dubreuil, à une thèse portant sur la notion d’ivresse dans les discours et les pratiques du modernisme pictural. [Je] cherche à explorer une rhétorique ayant joué un rôle critique dans un ensemble de pratiques modernistes marquantes (Witkiewicz, Masson, Pollock, Shiraga). »

J’ai entamé mes études postcollégiales à l’Université McGill, où j’ai suivi le cheminement Honor en histoire de l’art. Intéressé à la fois par la philosophie orientale de la création artistique et la peinture automatiste d’après-guerre, j’ai réalisé à l’Université du Québec un mémoire de maîtrise sous la direction conjointe de Rose-Marie Arbour et de Mathieu Boisvert ayant pour sujet le peintre japonais Shiraga Kazuo, membre du groupe Gutai.

Après un séjour au Japon, je me suis inscrit au doctorat en histoire de l’art de l’Université de Montréal, où je travaille depuis 2009, sous la direction de Nicole Dubreuil, à une thèse portant sur la notion d’ivresse dans les discours et les pratiques du modernisme pictural. En croisant les discours de la création artistique et ceux de la physiologie des états modifiés de conscience chez des théoriciens-artistes tels que Stendhal, Balzac, Baudelaire et Nietzsche, je cherche à explorer une rhétorique ayant joué un rôle critique dans un ensemble de pratiques modernistes marquantes (Witkiewicz, Masson, Pollock, Shiraga).

Au cours des dernières années, j’ai eu l’occasion de présenter ces recherches dans un certain nombre de colloques au Québec et aux États-Unis. Je donne depuis 2012 le cours Introduction à l’art moderne et siège depuis 2013 au comité de direction de l’Association des doctorants en histoire de l’art de l’Université de Montréal (Æsthesis).